Accès au dossier de photos
Survolez les vignettes pour les agrandir
Fokker EIII Détails de construction


A lire impérativement :

Il faut avouer que cette réalisation n’est pas à proprement parler une réussite, après deux vols d’essais difficiles, le troisième vol avec un vent arrière d’environ 17km/h à conduit au crash.

Sans être trop endommagé l’avion ne sera pas remit en état, en effet, d'une  part sa motorisation en 10cc (héritage du Dewoitine D510 devenu inutilisable après destruction quasi complète)  est trop faible et d’autre part le profil de l’aile n’est pas adapté.

Pour donner un réel effet maquette la profil choisit était à 7% moyen, il  n’est pas du tout adapté à un vol stable, un profil avec 14% bien que loin de la maquette serait l’idéal.

Je laisse les plans en téléchargement car il y a peut être des idées à prendre, en conclusion si vous vous en inspirez sachez qu’un 15cc et un profil d’aile épais ne seront  pas du luxe.



Caractéristiques générales:

Semi-maquette du célèbre Fokker EIII "Eindecker"  (une seule aile)     année  1915-1916   Constructeur Fokker
Le réel : M.14V - Envergure 10m - longueur 7.16m  -  Hauteur  2.29m - Poids maximum 606.7kg -
Vitesse 140.8 km/h - Altitude maximum 4114.8 m.
Moteur rotatif 9 cylindres 100CV - Marque  Oberursel
Armement une mitrailleuse avant 7.92 mm
Si cet avion vous intéresse essayez de vous procurer ce magazine : Fokker eindecker in action Aircraft Number 158, squadron/signal publication

La semi-maquette :
Echelle 1/5 - Envergure 2m - Longueur 1.42m - Poids estimé ~3.7kg
Motorisation 4 temps 10cc ou 15cc (10 cc ASP dans mon cas)
Profil NACA 3308 à 3306 -  Incidence 1.5° -  Dièdre 0°
Corde constante   36 cm  -  Surface alaire  68dm2 - Charge alaire    54.4g/dm2

Nota: Des ailerons se substituent au  système de vrillage de l’aile,  par contre la dérive et le stabilisateur conservent le principe du grandeur.
Voir la liste des principales fournitures
Les roues
roues
Les roues:

En attendant la livraison du tas de bois il fallait bien s’occuper, alors une fois n’est pas coutume, j’ai commencé par fabriquer les roues !
Rien de bien difficile, il vous faut :
- 8 fonds de boîte de camembert, un peu de polystyrène extrudé (Dépron ®)
- Des cures dents, un peu de gaine d’isolation pour tuyau 12mm-
- Un bout de tube aluminium de diamètre intérieur légèrement supérieur a 3mm,
- Une petite chute de CTP de 3mm et
- Une matière d’entoilage, Diacov ®ou Solartex ®
Avec tout ça vous allez fabriquer des roues d’environ 55g chaque pour un prix inférieur à 1.5€ les deux ! (à la condition d’aimer le camembert et de ne pas les acheter uniquement pour avoir les boîtes lol)
Pour le reste les photos et le plan suffisent pour comprendre la réalisation.

Faux moteur
faux-moteur

Le faux moteur:

Toujours En attendant le "tas de bois", à l’aide de rondelles de polystyrène extrudé découpées avec des emportes pièces bricolés dans de la tôle et quelques bricoles comme des pics à brochette , voilà un 6 cylindres.
En réalité le Fokker était équipé d'un 7 cylindres mais dans ce cas c'était vraiment très difficile de réaliser l'habillage du moteur..... Aller vu de loin ça va le faire. L'habillage ne sera pas fixé sur le moteur mais sur la cloison pare feu, vibrations obligent. Pour plus de réalisme le vrai moteur sera monté tête en haut il sera donc plus discret car partiellement caché par le capot.
Comme la réalisation est fonction du type de moteur utilisé, la photo suffit pour votre propre réalisation que vous adapterez au mieux..
Demi coté

 Début d'assemblage


Assemblage du dessus du fuselage

divers renforts 


   Structure du fuselage terminé

Construction du fuselage :

Après avoir découpé F2 en CTP 3mm et F3 en balsa 3mm.
Pour chaque demi coté sur un chantier classique :
Posez à plat sur la chantier le flan F2  à l’aide de B3 y raccorder F3.
Coller B4 et  B4-1    -    Collez B10 puis B5, B6, B7 et B8     -     Collez B9, B11 et B11-1
Terminez en collant tous les renforts de structure en baguette de balsa 6 x 6 mm*

Une fois les deux demi fuselages assemblés sur l’un des deux restant à plat, collez les deux baguettes de renforts B1 puis la cloison pare feu C1, idem pour B2 et C2 puis collez C3 (éventuellement y collez aussi un bout de baguette) . Veuillez à une parfaite perpendicularité de ces éléments par rapport au demi fuselage.
Collez ensuite de deuxième demi fuselage et vérifiez la géométrie de l’ensemble.
A l’aide d’une équerre, vous pouvez vous aider en posant le fuselage à l’envers sur le plan vu du dessus.
Collez les baguettes B12, B12-1, B12-2, B12-3.
Réunissez ensuite les deux demi fuselage par le bloc de queue noté BQ sur le plan.
Collez les baguettes   B13 à B16 et B13-1 à B16-1.
Collez  tous les renforts de structure en baguette de balsa 6 x 6 mm
Sur la partie interne du fuselage, vous pouvez si besoin coller des petites équerres en balsa de 3 mm aux droits des baguettes (B4-1,B12.1,B12-3 --   B5,B13,B13-1 -- B6,B14,B14-1… etc.) , cela renforce la structure en vrillage. et améliore le repect de la géométrie lors du montage.
Terminez par le coffrage du dessous en balsa 2mm, les triangles et les pièces de queue T1, Q1.

Le dessus du fuselage
Découpez les pièces deux fois F1 et C1-1 en balsa 3mm, C3-1 également en balsa 3mm,  C1-2 et C1-3 en CTP 3mm.
Tracez sur F1 les emplacement des couples, et les coller sur une des pièces F1, vous aider de petites équerres (fabrication artisanale en fond e boîte de camembert .. voir photo et pensez à les protéger de la colle)
Le couple C1-2 est délicat à coller, aidez vous de triangles pour améliorer le montage, cette partie restera fragile jusqu’au coffrage.
Une fois la colle séchée, collez la deuxième pièce F1.
En place sur le fuselage, coffrez en balsa 2 mm.
Mettre en place l’écrou prisonnier sur Pa2.
Collez C1-3, Pa1, Pa2 sur les flans F2 et Pa3 sur les flancs F1, pensez à laisser un espace de 3mm entre P2 et Pa3 pour le passage de Cl2
Collez le tourillon sur C1-2 et vérifiez le parfait assemblage  sur le fuselage.

Ne pas percer les emplacement des pions de centrage de l'aile, ceux ci seront exécutés au moment du placement de cette dernière.

A noter que deux renforts (voir photo) servant aussi au guidage du dessus du fuselage on été ajoutés sur les flans des F1, pour ne pas surchargé le plan ces derniers n’y figurent pas

Dérive  et  stabilisateur
 sur le chantier





Dérive stabilisateur et béquille





 





Dérive et stabilisateur :
Toutes les pièces sont en balsa 3 mm (voir plan) la dérive et le stabilisateur seront  monté sur un chantier classique.
Un tube de 4 mm externe 3.15 mm interne sera collé (époxy ou cyanoacrylate) à la base de la dérive, pour ce faire les baguettes de balsa sont rainurées et le tube enfermé collé entre les deux.
Pensez à coller une petite pièce de renfort  pour le passage du guignol de dérive, une fente devra y être aménagée ainsi q’un trou pour le passage de la goupille (cure dent) d’immobilisation.
Opérez les finitions tels que les arrondis et autres ponçage.
Collez le guignol à l'époxy et le sécurisé par la goupille.
Pour recevoir un morceau de tube identique, il faut également rainurer jusqu’en leurs centre, les baguettes de l’axe du stabilisateur, ces tubes serviront  de butées .
Coupez 3 morceaux de tube à dimension  et les enfiler sur une corde à piano sans oublier d’y placer le guignol (voir plan et photo) .
Recourbez chacune d’entre elle à son extrémité pour obtenir une immobilisation en rotation.
Finir en collant  les tubes des demis stabilisateurs à l’époxy.

Note: Pour être léger les structures sont très fines, même si l'entoilage au Diacov ou Solatex renforcera leurs tenues, n'hésitez pas a faire au endroits adéquates des congés de colle.

Pour ne pas avoir de surprise après l’entoilage il est mieux de faire un montage à blanc du stabilisateur et de la dérive. C’est comme ça que je me suis rendu compte que j’avais mal placé la partie qui reçoit le guignol de dérive, les photos précédentes sont donc erronées sure ce point et que la roulette ne pouvait pas être correctement dirigée.
Pour faire ce montage à blanc il faudra réaliser la béquilles complète de préférence et a mettre en place.
Le montage est à blanc car le tube de l’axe du stabilisateur ne sera pas collé, pour la dérive celle-ci est entièrement démontable (après modification  du plan car j’avais « buger »). Cette façon de procéder permettra de réaliser les entoilages avec ces éléments non assemblés sur le fuselage. 
Pour ce montage il tout d’abord placer les CAP sur la béquille et les ‘immobiliser par la petite pièce en aluminium fixée par deux vis puis  y placer la roulette. Monter la dérive avec son axe et enfin fixer la béquille par la vis centrale et par les petites pièces en aluminium d’immobilisation des CAP sur le fuselage.

Voila l’essentiel de la structure du fuselage terminé, poids estimé à ce niveau de réalisation 627g, poids réel 690g , 63g de plus que prévu, rien de grave, il faut continuer comme ça.

Capot

Capot  structure des parties latérales du capot


Fixations
Assemblage sur
le fuselage


Le capot :
Le capot est divisé en deux partie, le capot proprement dit c'est-à-dire la partie avant, et les parties latérales fixées sur les cotés du fuselage.

Le capot moteur :
Composé de CC1 4 fois raccordé deux à deux par Ra1 et LC1 6 fois , toutes ces pièces sont en CTP 3mm.
DC4 et DC3 en double épaisseur et DC1, DC2 en balsa 5 mm
(nota : ces pièces peuvent si besoin être réalisées en une seule partie, pour cela il faudra au préalable coller deux planches standards de balsa.)

Les parties latérales :
Elles sont composées de CC2,CC3,CC4, LC2,LC3,LC4 en balsa 3mm et de la base CB1 en balsa 2mm.
Une fois assemblée cette structure sera  coffrée à l’aide de lames de balsa de 2mm, les finition seront faites à la pâte à bois maison (talc, sciure de balsa, colle à bois, vernis acrylique dans des proportions « pifométrées » pas trop dur pas trop mou..) 


  1 2 3 4

 ©  Bernard Vermillet  Membre de l' Association Bayeusaine de Modélisme    http://www.abm-modelisme.fr/
Aucune utilisation commerciale des plans et réalisations n'est permise sans accord du site Aeroplan

Aucune utilisation commerciale des